Méga-commande en vue pour Air France et KLM (Figaro)

C’est à Everett, le plus gros site industriel de Boeing situé à 48 kilomètres au nord de Seattle, qu’Air France est venu faire ses courses mardi dernier. Dans l’immense usine, les modèles vedettes de Boeing s’alignent: ce jour-là, cinq 777 sont en cours de fabrication. «Notre cadence de production est actuellement de cinq 777 par mois contre trois seulement pendant la crise», explique un porte-parole.

Air France est venu chercher l’un de ces long-courriers. Il s’agit du 58e 777 de la flotte. Mais depuis un an et demi, la compagnie avait fait une pause dans ses achats de Boeing. Ce 777-300ER lui offre une nouvelle jeunesse avec un équipement intérieur inédit: de nouveaux sièges dans les trois catégories Affaires, Premium voyageurs et Voyageurs, un nouveau système vidéo, un lit «presque plat» en business… «Nous en avons commandé onze qui nous seront livrés d’ici à la fin 2015», précise Nicolas Bertrand, le gestionnaire de la flotte long-courrier.

Reprise du trafic
Air France, comme ses concurrents, constate une reprise du trafic, une croissance de ses recettes et relance les commandes d’avions. Mais en parallèle, la compagnie veille à ménager son endettement. «Nous avons décidé de retarder la sortie de quinze A340 et de sept Boeing 747, souligne Bruno Matheu, le directeur général délégué commercial d’Air France. Nous allons remettre à neuf l’intérieur de la cabine, les sièges et les systèmes vidéo». Une rénovation qui coûte environ 10 millions d’euros par appareil. Autre économie: le recours aux loueurs. En effet, le 777 que vient d’acquérir Air France -pour un montant secret mais inférieur au prix catalogue de 250 millions de dollars- sera revendu dès lundi à Air Lease Corporation, qui le louera à Air France. «C’est l’un des moyens de financement, explique Bruno Delile, le directeur de la flotte. Nous revendons l’avion et nous payons un loyer pendant six à douze ans.» La moitié de la flotte de la compagnie est en location. Mais dès 2012, ce mode de financement va perdre de son intérêt puisque les compagnies devront faire apparaître les loyers comme des actifs.

Boeing attend surtout qu’Air France et KLM, qui vont commander ensemble pour la première fois une centaine d’appareils de 250 à 350 places, se décident. Le 787, le dreamliner, correspond à ce profil mais il n’est pas encore certifié. Quant à l’A350, il est en retard «Nous allons faire une recommandation à notre direction générale à la fin de cette année, précise Bruno Delile. Elle pourra être en faveur d’un constructeur, d’un autre, ou bien des deux. Le retard de l’A350 le place en situation moins favorable mais si ses performances économiques sont importantes, nous attendrons un peu avant de faire rentrer davantage de 787.»

This entry was posted in aviation. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s