Obama enterre le projet de retour sur la Lune (Echos)

Faute d’argent, le projet Constellation de retour sur la Lune en 2020 est annulé. Et pour pallier l’arrêt de la navette, qui n’a plus que cinq vols à effectuer, Washington veut privatiser l’accès à l’espace.

Décidé à s’attaquer aux déficits publics abyssaux des Etats-Unis, Barack Obama n’a pas hésité à mettre à mal l’un des symboles de l’hyperpuissance américaine : la conquête de la Lune. Washington a annoncé hier que le projet Constellation, qui prévoyait un retour sur cette planète en 2020 – première étape avant d’aller sur Mars -, était annulé. Tant pis pour les 9 milliards de dollars déjà dépensés pour la mise au point de la fusée Ares et de sa capsule habitée Orion. Mais, pour mener l’affaire à son terme, il aurait fallu gonfler le budget de la Nasa dans des proportions intenables. L’agence spatiale américaine se contentera de l’orbite terrestre basse, jusqu’à 2.000 kilomètres. Et pour pallier la prochaine mise à la retraite de la vénérable navette, l’administration américaine veut faire appel à des « taxis » privés !

Lancé en 2004 par George Bush dans la foulée de l’accident de la navette Columbia, qui avait coûté la vie à sept astronautes, le projet Constellation était sur la sellette depuis l’automne. Chargée par Obama d’auditer les programmes de vols spatiaux habités américains, la commission Augustine avait alors conclu que le projet s’inscrivait « dans la pratique périlleuse qui veut que les ressources ne suivent pas les objectifs ». Trois mois plus tard, le président américain se range à son avis. Les économies dégagées permettront à la Nasa de financer des technologies pour une future exploration robotisée de la planète rouge, a expliqué Peter Orszag, responsable de la Direction du budget, mais sans s’avancer sur un calendrier.

« Je ne suis pas étonné, confie aux “Echos” Jean-Yves Le Gall, le PDG d’Arianespace. Outre les contraintes budgétaires, Constellation souffrait du désintérêt des scientifiques pour la Lune. » Du coup, c’est la station spatiale internationale, pour laquelle 16 pays ont déjà dépensé 100 milliards de dollars, qui ressort confortée. Sa durée de vie est prolongée jusqu’en 2020.

La Chine et l’Inde sur les rangs

Le problème, c’est que, en tuant Ares et Orion, les Etats-Unis vont se retrouver démunis en matière de vols habités pour une longue période : la navette n’a plus que cinq missions à son agenda et devrait rentrer définitivement au garage l’an prochain. Actuellement, seules les fusées russes Soyouz et Proton peuvent emmener des hommes sur la station. « Inadmissible », ont aussitôt réagi des élus du Texas et de la Floride, Etats qui concentrent l’essentiel des emplois spatiaux aux Etats-Unis. Et l’idée de l’administration Obama, reprise de la commission Augustine, de faire appel à des transporteurs privés ne devrait pas calmer les critiques.

La Nasa a déjà des contrats avec les sociétés SpaceX et Orbital Sciences. Mais les contraintes de sécurité sont telles que personne n’imagine un feu vert à l’envoi d’astronautes avant très longtemps. Pour ce qui est du transport de fret en revanche, les Européens comptent bien promouvoir leur couple Ariane-ATV, qui a déjà réussi à s’amarrer à la station. « Il existe une fenêtre d’opportunité », estime Jean-Yves Le Gall. Reste à voir si le Congrès se rangera au réalisme d’Obama, alors que la Chine et l’Inde – qui ont inscrit la Lune à leurs programmes -ne font pas mystère de leur ambition de s’arroger le leadership des Etats-Unis en matière spatiale.
ALAIN RUELLO, Les Echos

Advertisements
This entry was posted in Ariane(space), launchers, manned flight, space. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s