Le premier A380 d’ Air France fait ses débuts sur Paris-New York (Les Echos)

La compagnie française est la première en Europe à mettre en ligne le très gros porteur d’ Airbus , quelques mois avant sa rivale Lufthansa. Elle devrait en recevoir trois autres d’ici à l’été prochain pour desservir Johannesburg et Tokyo.

C’est aujourd’hui à 11 h 45 que doit s’envoler de l’aéroport Roissy – Charles-de-Gaulle le premier Airbus A380 d’Air France à destination de New York. A son bord, 380 passionnés ayant acheté leurs billets aux enchères sur Internet, ainsi que quelque 150 invités VIP – gros clients, officiels, journalistes et dirigeants de la compagnie – et 22 membres d’équipage, pour un atterrissage prévu à 13 h 20 à l’aéroport JFK. Le montant de la recette – qui sera partiellement reversée à des associations humanitaires – n’a pas encore été dévoilé, mais l’opération a, semble-t-il, rencontré un franc succès. En moyenne, ces premiers passagers auraient déboursé un millier d’euros pour une place sur ce vol inaugural en classe économique. Mais certains ont acquitté plusieurs milliers d’euros pour les quelques sièges mis aux enchères en classe affaires. En revanche, aucun des neuf sièges de première, située au pont principal, n’a été mis aux enchères. Ce premier vol inaugural sera suivi d’un deuxième en sens inverse, samedi. La véritable exploitation commerciale de l’A380 n’interviendra donc que lundi, sous le numéro de vol AF006, avec un départ quotidien à 13 h 30.

Air France n’est pas le premier transporteur à opérer le superjumbo au départ de Paris. Singapore Airlines l’utilise quotidiennement au départ de Roissy depuis le 1er juin. Et, au total, 20 appareils sont déjà en service, dont 10 chez Singapore, 5 chez Emirates et 4 chez Qantas, avec plus de 3 millions de passagers transportés.
Avantage compétitif

Mais Air France est la seule compagnie européenne à disposer pour l’heure d’un A380, qui plus est sur une ligne transatlantique. Elle en a commandé à ce jour 12 exemplaires. Sa rivale Lufthansa ne devrait recevoir son premier appareil qu’à l’été prochain. Quant à British Airways, il ne lui sera livré qu’au printemps 2012. De quoi offrir à Air France un réel avantage compétitif sur ses concurrents. Outre l’attrait de la nouveauté, l’A380 permet en effet de remplacer 2 appareils sur Paris-New York – un A340 de 272 sièges et un Boeing 777-200 de 264 sièges – avec des coûts d’exploitation inférieurs de 20 % à ceux d’un Boeing 747.

Au total, l’économie réalisée atteindrait de 12 à 15 millions par an. Même chose sur Paris-Johannesburg, où Air France alignera son deuxième A380 à partir du 3 février, en remplacement de deux vols quotidiens, puis sur Tokyo, entre avril et juin 2010, avec les deux exemplaires suivants. Seul regret pour Air France : l’absence de sa nouvelle classe premium voyageurs – intermédiaire entre affaires et économique – sur les premiers A380. Compte tenu des difficultés persistantes sur le programme du très gros porteur, Airbus ne pouvait prendre le risque de réaménager les appareils déjà construits. Cependant, le rythme de livraison ayant, semble-t-il, encore glissé de deux mois, les cinquième et sixième pourraient finalement en être équipés.

Advertisements
This entry was posted in aviation. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s