Les comptes d’Air France-KLM plongent dans le rouge (Le Monde)

Le groupe Air France-KLM a annoncé, mardi 19 mai, avoir clos son exercice 2008-2009, fin mars, sur une perte nette de 814 millions d’euros. Il s’agit pour la compagnie aérienne franco-néerlandaise des premières pertes après onze exercices bénéficiaires. Elle a également annoncé la suppression de deux mille sept cents postes en 2009-2010, sans licenciements secs.

Le “dérapage” des comptes n’est pas une surprise. Il y a un an, Jean-Cyril Spinetta, qui était encore aux commandes du groupe, avait pronostiqué un exercice 2008-2009 “difficile”. Et le 26 mars 2009, la compagnie avait été contrainte de lancer un avertissement sur ses résultats, prévenant qu’elle afficherait “une perte d’exploitation de l’ordre de 200 millions d’euros”. “Le nouvel exercice pourrait également rester négatif”, avait même avancé Pierre-Henri Gourgeon, directeur général du groupe. Finalement, le groupe essuie une perte d’exploitation moindre, de 129 millions d’euros.

Le poids du pétrole. Il y a tout d’abord le prix d’achat du pétrole qui a pesé sur les comptes d’Air France-KLM. La facture pétrolière représente le deuxième poste de dépense, derrière les salaires.

La compagnie a dû faire face à la montée du prix du pétrole. Le baril était à 55 euros début 2007. Il est monté à 147 dollars en juillet 2008.

Grâce à sa politique de “couverture”, Air France-KLM ne s’en est toutefois pas trop mal sortie par rapport à certaines de ses concurrentes, puisque, quand le baril valait, par exemple, 130 dollars, elle avait réussi à négocier des contrats d’approvisionnement sur la base d’un baril à 90 dollars.

Mais quand les prix du pétrole sont redescendus, la compagnie n’en a pas “profité”. Au contraire. Comme elle avait négocié des contrats d’achat à 90 dollars le baril, elle s’est trouvée contrainte de continuer à payer son kérosène plus cher qu’il ne l’était devenu.

Et c’est encore le cas aujourd’hui, même si Air France-KLM a commencé à renégocier une partie de ses contrats : 43 % de ses besoins sont désormais couverts à 67 dollars le baril. Mais celui-ci s’échange aujourd’hui autour de 60 dollars…

Ce retournement dans les cours du pétrole aura coûté quelque 200 millions d’euros au total au groupe sur l’exercice 2008-2009.

L’impact de la crise. Mais c’est surtout la crise économique et financière qui a provoqué un cataclysme dans le transport aérien. Tous les secteurs économiques sont touchés, la consommation recule, les entreprises n’investissent plus.

Cela s’est traduit par une baisse du trafic passager et du fret dans des proportions jusque-là inconnues : – 11,1 % sur le trafic passagers en mars 2009, par exemple, par rapport à mars 2008, et – 21,4 % pour le fret sur la même période.

La compagnie a notamment dû faire face à une désaffection des “classes avant” (premières et business), délaissées par la clientèle affaires, au profit de la classe économique, bien moins lucrative. Or, on considère que 40 % à 50 % de la recette totale d’un avion provient des “classes avant”.

Une réduction des capacités. Face à la baisse du trafic, Air France-KLM a réduit ses capacités, c’est-à-dire que la compagnie dessert moins certaines destinations ou utilise des avions plus petits sur certaines lignes.

Cette mesure est valable aussi bien pour le trafic passagers, où l’offre en sièges est passée, en quinze mois, de + 3 % à -4 %, que pour le cargo, où l’offre a baissé de 11 %, face à un trafic en recul de 25 %.

La compagnie a également décalé l’acquisition d’une douzaine d’avions. Et elle envisage d’autres reports.

Une “phase deux” en matière d’emploi. Sur le plan social, Air France-KLM avait déjà décidé, en février de réduire ses effectifs de mille à douze cents personnes, sans licenciement sec. Le groupe a également gelé les embauches.

Désormais, pour éviter des mesures “structurelles” plus lourdes, la compagnie va inciter son personnel à prendre des congés en dehors des périodes de pointe et à utiliser ses RTT.

François Bostnavaron

Advertisements
This entry was posted in aviation, industry_eco, perso. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s