M. Baudis sera tête de liste UMP dans le Sud-Ouest

Trop bon élève ! L’eurodéputé Alain Lamassoure, 64 ans, trois fois élu au Parlement européen, où il est considéré comme l’un des meilleurs députés français, ne sera pas retenu par l’UMP comme tête de liste dans le Sud-Ouest, sa circonscription. Le chef de l’Etat, qui entend s’impliquer fortement dans les élections européennes, lui préfère Dominique Baudis. L’actuel président de l’Institut du monde arabe, 62 ans, souhaite retrouver le Parlement européen, où il siégea de 1984 à 1988, puis de 1994 à 1997.

M. Lamassoure s’est vu confirmer la nouvelle à l’Elysée, vendredi 16 janvier, par le président de la République et sa conseillère Catherine Pégard. Ceux-ci lui ont fait valoir un sondage où M. Baudis apparaissait comme une “locomotive électorale”. “Etre une locomotive électorale et faire un boulot suivi au Parlement européen, ce n’est pas le même genre de beauté”, note M. Lamassoure.

Se retrouver numéro trois sur la liste dans le Sud-Ouest (la parité exige que le deuxième soit une femme) “n’enchante pas” l’eurodéputé, qui se verrait bien nommé à des fonctions exécutives, au gouvernement, à la Commission européenne ou à un poste de diplomate européen. Il est aussi envisagé qu’il se présente en Ile-de-France, où rivalisent déjà l’ancien ministre Luc Ferry et le centriste Jean-Marie Cavada, là où la ministre de la justice, Rachida Dati, et la secrétaire d’Etat aux droits de l’homme, Rama Yade, ont décliné l’offre.

M. Lamassoure, exemplaire au Parlement européen, où les Français n’ont pas la meilleure réputation et à qui le chef de l’Etat doit en grande partie la transformation du traité constitutionnel en traité de Lisbonne, est jugé à l’UMP trop “eurotechnocrate”, pas assez médiatique. “Alain Lamassoure est un parfait Européen, mais les Français en ont assez de ce profil trop technocratique. Il faut des têtes de listes qui incarnent une autre image”, commente un cadre de l’UMP. “Il est élu depuis 1989, c’est long”, raille un autre. La direction du parti majoritaire fait valoir qu’aux dernières élections la liste conduite par M. Lamassoure a raté un troisième siège dans le Sud-Ouest à quelques voix.

Le président de la République doit arbitrer ce week-end le choix de ses têtes de listes dans les huit grandes circonscriptions électorales. Le temps presse. Le casting doit être soumis au conseil national de l’UMP le 24 janvier.

Le Monde, Sophie Landrin et Marion Van Renterghem

Advertisements
This entry was posted in media-com, politique. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s