Observation de la Terre et ISS au menu de l’Europe spatiale en 2009

PARIS (AFP) — L’Europe spatiale, qui a fait son entrée l’an dernier sur la Station spatiale internationale (ISS) avec notamment le laboratoire Columbus, lancera en 2009 de grandes missions d’exploration de la Terre et de l’Univers, a annoncé mercredi l’Agence spatiale européenne (Esa).

“L’année 2009 sera particulièrement dense et importante”, a affirmé au cours d’une conférence de presse le directeur général de l’Esa, Jean-Jacques Dordain, après la récente décision des Etats membres de l’Agence de porter à près de 10 milliards d’euros leurs engagements dans le domaine spatial pour les années à venir.

Par ailleurs, a-t-il remarqué, la crise économique oblige l’Agence européenne à suivre la situation de ses équipementiers. “Le risque, a dit M. Dordain, c’est qu’un certain nombre d’industries disparaissent, comme les petites entreprises”. En effet, a-t-il souligné, “l’industrie spatiale travaille aussi pour des programmes commerciaux, (télécommunications…) et nous en discutons” avec le secteur.

Le lancement de trois satellites d’observation de la Terre — Goce (étude de la gravité terrestre, Smos (étude de l’humidité des sols) et Cryosat 2 (étude des glaces) — est notamment prévu, “pour mieux comprendre les problèmes de l’environnement et du changement climatique”, a souligné M. Dordain.

La mise sur orbite des deux satellites scientifiques européens d’observation de l’Univers, le télescope spatial Herschel (étude de la formation des étoiles et des galaxies) et Planck (champs de radiations cosmiques), permettra de “reculer encore plus le temps en observant des phénomènes très lointains pour remonter vers le Big Bang”, a-t-il noté.

L’Europe ajoutera encore par ailleurs deux éléments à l’ISS, avec le noeud de jonction n°3 (Node 3) et la “coupole”, qui offrira une vue panoramique sur l’avant de la station et représentera pour les astronautes un poste d’observation pour photographier la terre.

La Station internationale, a rappelé M. Dordain, verra passer son équipage en 2009 de 3 à 6 membres, et pour la première fois un Européen en prendra le commandement. Jusqu’à présent, seuls des Américains et des Russes ont tenu le poste de commandant.

Enfin, parmi les nouveautés, cette année devrait voir le tir des premières fusées italienne Vega et russe Soyouz depuis le centre spatial européen de Kourou, en Guyane.

L’Esa, a encore souligné son directeur général, doit “préparer le futur” en envisageant de quelle façon “l’espace peut contribuer à la gestion des grands enjeux économiques, de la sécurité, du changement climatique…”

This entry was posted in ESA. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s