Une réponse (bien sentie) de Christine Ockrent (L’Express)

LE 21 SEPTEMBRE 2008 17H26 | PAR RENAUD REVEL

Suite au petit article rédigé en fin de semaine dernière, à propos de l’éviction du patron de l’info de France 24, Grégoire Deniau, Christine Ockrent m’a adressé ce mail, qu’il serait malhonnête de ne pas porter à votre connaissance.

« J’ai souvenir, du temps où je dirigeais l’Express, que vous aviez le souci des faits.

Vous avez sans doute changé, et vos antipathies personnelles vous aveuglent. En tous cas, vous nuisez à la crédibilité de votre magazine, vous contentant à mon encontre, à chaque occasion, de ragots de couloir toujours anonymes et jamais avérés.

Puisque vous jugez bon, une fois de plus, de m’épingler sur votre site Internet, voici quelques évidences qu’il serait facile de vérifier:

1/ France 24 ne fait pas partie de l’Audiovisuel Extérieur. TF1 en est toujours copropriétaire. Je ne mets jamais les pieds à France 24, je ne me mêle pas de la vie de la rédaction, je ne m’en occupe pas.

2/Je n’ai jamais rencontré ni discuté professionnellement avec Grégoire Deniau. Je ne l’ai jamais croisé dans l’exercice de ses fonctions. La dernier fois que je l’ai embrassé, c’était dans la cour des Invalides, lors des funérailles de son père.

Jean-François Deniau était mon ami, c’est en sa mémoire que je tiens à la vérité sur cette affaire.

Pour le reste, je ne doute pas que vous continuerez votre besogne à votre manière. Si un jour, par hasard, les dossiers et les enjeux de l’Audiovisuel Extérieur vous intéressent, n’hésitez pas à me contacter, mes coordonnées sont faciles à trouver. »

C’est dit. Christine Ockrent, avec laquelle j’ai eu à l’Express quelques différents, on l’aura compris, n’est pas du genre à esquiver. Et en l’occurrence, il semble qu’elle dise vrai.
Quelques contacts pris, depuis, à la direction de France 24 semblent en effet indiquer que l’attitude peu claire de Grégoire Deniau dans cette affaire, comme son mode de management, aient posé quelques problèmes. Il semble également que Christine Ockrent ne soit pas intervenue dans ce conflit, Alain de Pouzilhac,(photo), le patron de l’audiovisuel extérieur, ayant fait acte d’autorité en décidant, seul, de licencier ce journaliste.

Quant à la « reine Christine », reconnaissons lui du tempérament et du répondant. Il me paraissait naturel qu’elle puisse revenir sur cet épisode et s’expliquer.

Advertisements
This entry was posted in media-com. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s