France 24 suite (Le Post)

Jointe par Le Post, la collaboratrice de Christine Ockrent explique les licenciements: “Pour Bertrand Coq, la procédure était engagée depuis longtemps pour harcèlement dans le cadre de ses fonctions. Quand j’entends dire dans la presse que ces problèmes de harcèlement s’étaient tassés depuis un an, c’est faux. Les dernières plaintes remontent à juillet dernier.”

“Quant à Grégoire Deniau, il a été mis à pied pour plusieurs faits dont le fait d’avoir autorisé un débat sur le 11 septembre alors que sa direction s’y était opposée. Ensuite, il a affirmé avoir dit à ses équipes qu’il ne fallait pas traiter ce débat ce que les journalistes de la chaîne ont contesté.”

Sur Le Post, Myriam Mascarello, présidente de l’intersyndicale de France 24 explique que la rédaction “ne croit pas au motif de licenciement pour Grégoire Deniau”.

Comment la rédaction a-t-elle réagi à la mise à pied d’une partie de la direction?
“Le 16 septembre, Bertrand Coq est mis à pied pour harcèlement. Ce que nous ne contestons pas. Le 17 septembre, c’est au tour de Grégoire Deniau. C’est autre chose. C’est son professionnialisme qui est remis en cause.”

“Avant toute chose, il faut savoir que ce sont tous deux de très bons amis, ils fonctionnent en binôme. Tout le monde sait que Bertrand Coq est le bras droit de Grégoire Deniau. D’ailleurs, quand le premier a été licencié, on s’est tous demandé ce qu’il allait advenir de Grégoire Deniau. Nous avons eu la réponse le lendemain.

La rédaction soutient-elle Grégoire Deniau et Bertrand Coq?
“Ce sont vraiment deux histoires complètement différentes. Ce que nous souhaitons c’est être soudés, unis car nous voulons que France 24 fonctionne. La rédaction a surtout été surprise par la brutalité de l’annonce de sa mise à pied: il aurait été prévenu par téléphone. Certains journalistes soutiennent vraiment Grégoire Deniau, parce qu’il a mis en avant le reportage à France 24: grâce à lui, les reporters et JRI ont pu faire le tour du monde, et quand on est journaliste, le terrain, c’est devenu tellement rare que tout le monde l’a remercié pour cela.”

Quelle est l’ambiance au sein de la rédaction?
“La peur s’est emparée de la rédaction car elle ne croit pas aux motifs de licenciement. Nous savons que ce n’est pas que pour le débat sur le 11 septembre que Grégoire Deniau a été mis à pied. On ne vire pas un directeur de la publication pour cela. Il y a des jeux politiques, il ne faut pas se leurrer.”

Pourtant, Christine Ockrent affirme n’avoir jamais mis les pieds à France 24…
“C’est vrai, parce que c’est normal, elle n’a rien à y faire. France 24 n’est pas encore dans France Monde. Une chose est sûre, pour que nous soyons crédibles, pour que nous puissions au moins essayer de rivaliser avec des chaînes comme CNN, la BBC ou Al Jaazira, il faut que nous soyons indépendants, et pour nous ces licenciements montrent que cette indépendance pourrait être menacée.”

This entry was posted in media-com. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s