Sir Edmund Hillary, premier conquérant de l’Everest, est mort

Plus d’un demi-siècle après avoir atteint le sommet de l’Everest avec son ami, le sherpa Tensing Norgay, Sir Edmund Hillary est mort, vendredi 11 janvier, d’une crise cardiaque à l’hôpital d’Auckland, en Nouvelle-Zélande. Il était âgé de 88 ans.

C’est le 29 mai 1953 que cette force de la nature, qui mesurait 1,90 m, a atteint le toit du monde (8 848 mètres) dans la chaîne de l’Himalaya. Il appartenait à une expédition dirigée par un colonel britannique, John Hunt, qui avait littéralement fait le siège de la montagne en neuf camps d’altitude, contre quatre généralement aujourd’hui. Ils avaient ouvert une voie alors incertaine. Trois cent cinquante porteurs avaient apporté 10 tonnes de matériel au camp de base.

Après l’Everest, l’ancien apiculteur s’était lancé dans une autre grande aventure en 1957, en installant la base Scott dans l’Antarctique et en amenant le premier véhicule par voie de terre au pôle Sud le 3 janvier 1958. Il a aussi œuvré en faveur du peuple sherpa, auquel appartenait son ami Norgay, mort en 1986.

“UN VIEUX NÉO-ZÉLANDAIS” QUI AIMAIT LES DÉFIS
Sir Edmund Hillary, dont le visage jovial orne les billets de 5 dollars néo-zélandais, se décrivait en 2003, lors des commémorations du cinquantenaire de son ascension, comme “un vieux Néo-Zélandais qui s’est amusé à relever plusieurs défis dans son existence”. “La victoire sur l’Everest, expliquait-il, m’apparaît moins importante à bien des égards que d’autres activités qui jalonnèrent ma route – notamment celles consacrées à améliorer le sort de mes amis sherpas.”

Il avait alors adressé une sévère critique contre les expéditions “friquées” et tous ceux “qui s’envoient des bières” au pied de la plus haute montagne du monde, gagnée par le tourisme de masse, et gravie en cinquante-quatre ans par plus de 3 500 personnes.

“C’était une figure héroïque qui n’a pas seulement terrassé l’Everest mais a vécu une vie de détermination, d’humilité et de générosité”, a déclaré la première ministre néo-zélandaise, Helen Clark.

LEMONDE.FR avec AFP | 11.01.08 | 08h12 • Mis à jour le 11.01.08 | 08h49

This entry was posted in nature, perso. Bookmark the permalink.