Le paysage audiovisuel extérieur en chantier

Mise en chantier depuis des années mais jamais aboutie, la réforme du paysage audiovisuel public extérieur est en marche. Dans la lettre de mission adressée fin août au ministre des affaires étrangères, Nicolas Sarkozy demande à Bernard Kouchner de procéder “aux réorganisations nécessaires” des nombreux moyens audiovisuels français destinés à l’étranger. Cette réorganisation en forme de “rapprochement” concerne en particulier TV5 Monde, France 24 et Radio France Internationale (RFI), qui sont toutes trois sous la tutelle budgétaire du Quai d’Orsay. Cette demande présidentielle figure également dans la lettre de mission envoyée à Christine Albanel, ministre de la culture et de la communication.

“Notre politique audiovisuelle extérieure constitue un enjeu majeur pour l’influence de la France et pour la diffusion de sa langue”, écrit M. Sarkozy. “La BBC a autant de moyens que l’audiovisuel extérieur français pour une visibilité et une influence beaucoup plus fortes”, poursuit-il. “Il ne s’agit pas de copier un modèle, mais de créer les conditions d’un pilotage coordonné et efficace de notre politique audiovisuelle extérieure (radio, télévision et Internet)”.

Depuis l’élection de M. Sarkozy le 6 mai, un comité de pilotage d’une vingtaine de personnes issues de quatre ministères (Matignon, Bercy, affaires étrangères et culture) a été constitué et travaille sur le sujet en collaboration avec Georges-Marc Benhamou, conseiller pour l’audiovisuel de M. Sarkozy. Ce comité de “concertation et de propositions” devrait remettre un “prérapport de faisabilité” fin octobre au président de la République. “Pour la première fois, tous les ministères concernés sont assis autour d’une même table avec la volonté de moderniser et de donner une meilleure gouvernance à notre audiovisuel extérieur”, explique M. Benhamou.

DES STRUCTURES DIFFÉRENTES

Des contacts ont été établis avec les autres chaînes francophones, et, dès, cette semaine, une délégation française doit se rendre à Londres pour une série de rencontres avec les dirigeants de la BBC. D’autres déplacements devraient être organisés pour étudier le fonctionnement de CNN et d’Al-Jazira.

En théorie, le “regroupement” de l’audiovisuel extérieur de la France (qui comprend aussi Euronews et Canal France International) paraît évident. En pratique, l’équipe gouvernementale se heurte aux structures juridiques de chaque chaîne qui ne sont pas compatibles entre elles. Ainsi, France 24 est copilotée par France Télévisions et TF1, TV5 Monde est une société gérée par la France et d’autres télévisions publiques francophones. Toute décision concernant son avenir doit donc recueillir l’assentiment de l’ensemble des partenaires, ce qui n’est pas gagné. Enfin, France Télévisions possède des parts importantes dans les chaînes, et leur fournit des centaines d’heures de programmes.

“Je n’ai pas de religion arrêtée sur les structures, et chaque chaîne pourra préserver son identité”, affirme M. Benhamou. Un des schémas envisagés par le comité de pilotage serait, comme pour France Télévisions, de regrouper les différentes chaînes dans une holding dirigée par un PDG qui nommerait des directeurs généraux. “Nous recensons toutes les propositions et nous les soumettrons dans notre rapport”, précise un des participants du comité.

Dans l’entourage de la présidence du groupe public, on “s’étonne” de ne pas être associé à cette réflexion alors que des représentants de TV5 Monde sont régulièrement consultés. Et pour compliquer un peu plus le débat, Patrick de Carolis, PDG de France Télévisions, a annoncé, fin août, qu’il allait créer en 2008 un portail Internet entièrement consacré à l’information en utilisant toutes les ressources de ses chaînes. D’ores et déjà, le SNJ-CGT des journalistes a réagi en dénonçant “cette politique du Kärcher et du fait accompli” et appelle les personnels des chaînes “à se mobiliser”.

Daniel Psenny
Article paru dans l’édition du 05.09.07.

Encadré: RÉFÉRENCES
FRANCE 24 :

lancée le 6 décembre 2006 la chaîne est diffusée en français, anglais et arabe. Elle est co-financée à parts égales par France Télévisions et TF1. Le conseil de surveillance est présidé par le groupe public et la chaîne dispose d’un budget prévisionnel de 80 millions d’euros.

TV5 MONDE :

créée en 1984, elle est cofinancée par les télévisions publiques belge, suisse, canadienne et française. Elle reçoit une dotation de 66 millions du ministère des affaires étrangères, à laquelle s’ajoute une contribution de 4 millions d’euros de France Télévisions.

RADIO FRANCE INTERNATIONALE (RFI) :
créée en 1975, la radio est financée à 45 % par la redevance et à 55 % par une dotation du Quai d’Orsay. En 2007, son budget atteint 131 millions d’euros.

CANAL FRANCE INTERNATIONAL (CFI) :
créée en 1989, CFI est un organisme français pour la coopération internationale avec un budget de 20 millions d’euros.

EURONEWS :
lancée le 1er janvier 1993, elle est la première chaîne d’information paneuropéenne multilingue. Euronews est financée par dix-neuf services publics européens.

Advertisements
This entry was posted in media-com. Bookmark the permalink.