Le couple socialiste Royal-Hollande est séparé

Les socialistes Ségolène Royal et François Hollande, couple inédit de la vie politique française, se sont séparés, annonce Mme Royal dans un livre à paraître mercredi, en confirmant sa volonté de prendre la direction du parti dirigé par le père de ses enfants.

Cette annonce, qui a surpris les socialistes en pleine soirée du second tour des législatives, met fin aux nombreuses spéculations sur l’état d’un couple qui affichait de plus en plus ouvertement ses divergences politiques.
Ségolène Royal, 53 ans, battue à la présidentielle par Nicolas Sarkozy, confirme dans ce livre son intention de se lancer à la conquête du parti socialiste (PS), dirigé depuis 10 ans par M. Hollande, 52 ans.

“J’ai demandé à François Hollande de quitter le domicile, de vivre son histoire sentimentale de son côté, désormais étalée dans les livres et les journaux, et je lui ai souhaité d’être heureux”, déclare Mme Royal dans “Les coulisses d’une défaite”, un ouvrage écrit par deux journalistes de l’AFP.

Elle a refusé de préciser la date de cette rupture, selon les auteurs, Christine Courcol et Thierry Masure.

L’état des relations entre Ségolène Royal et François Hollande, qui étaient ensemble depuis près de 30 ans sans s’être jamais mariés et qui ont eu quatre enfants, faisait régulièrement l’objet de spéculations auxquelles les deux intéressés opposaient un rituel “pas de commentaire”.

Mais la présidentielle a mis en évidence des tensions au sein du couple.
Le numéro un du PS, qui aurait pu faire figure de “candidat naturel” du parti, avait dû s’effacer devant sa compagne.

Mme Royal s’était lancée en parallèle dans la course à l’Elysée et avait contourné l’appareil du PS pour remporter finalement haut la main une primaire interne, en apparaissant comme le première femme à avoir des chances réelles de devenir présidente en France.

Pendant la campagne, l’état-major socialiste avait été tenu à l’écart par la garde rapprochée de la candidate et des divergences avaient éclaté sur certains points clés, comme la fiscalité ou l’ouverture vers les centristes défendue par Mme Royal.
Puis, dès la fin de la présidentielle, Ségolène Royal s’était lancée dans la course au leadership du PS, s’appuyant sur les 17 millions de voix recueillies au second tour.

Dans le même livre, Mme Royal confirme qu’elle sera “candidate au poste de Premier secrétaire” si son “projet de rénovation est majoritaire” au prochain congrès du PS, prévu à l’automne 2008.

Ségolène Royal, fille d’officier éduquée à la “dure”, et François Hollande s’étaient rencontrés en 1978 sur les bancs de l’ENA, creuset de la haute administration française.

Ils étaient entrés ensemble dans les cabinets présidentiels et ministériels sous la présidence de François Mitterrand. Elle a été trois fois ministre, lui jamais. Ils ont eu quatre enfants, Thomas, Clémence, Julien et Flora, aujourd’hui âgés de 22 à 14 ans.

Les années passant, ils étaient devenus un couple phare –guère égalés en visibilité que par Nicolas et Cécilia Sarkozy–, affirmant, à l’adresse de ceux qui s’étonnaient de leur couple, réussir à gérer cette situation en gardant chacun son “autonomie”.
“Oui, nous sommes ensemble et oui, nous vivons toujours ensemble”, assurait encore Mme Royal fin mars, regrettant même que son compagnon ait rejeté un projet “romantique” de mariage à Tahiti.

Fin mai, Ségolène Royal et François Hollande avaient assigné ensemble pour “atteinte à la vie privée” les auteurs d’un livre, “La Femme fatale”, qui évoquait de fortes tensions au sein de leur couple et prêtait au chef du PS une liaison.
AFP | 17 JUIN 2007 | 23H16

This entry was posted in media-com, politique, society. Bookmark the permalink.