Espace – Ariane 5 met sur orbite une masse record

Reuters 05.05.07 | 02h46
La fusée européenne Ariane 5 a mis sur orbite de transfert géostationnaire une masse sans précédent de 9,4 tonnes, constituée des deux satellites de télécommunications, plus les interfaces, après un décollage vendredi soir à 19h29 (22H29 GMT) de la base équatoriale de Kourou, en Guyane française, a annoncé Arianespace, la société chargée des lancements Ariane.

Vingt-sept minutes après le décollage, Ariane 5 dans sa version ECA a placé sur orbite de transfert le satellite Astra 1L, pour le compte de la société SES Astra, puis, cinq minutes plus tard, le satellite Galaxy 17, pour la société Intelsat, selon Arianespace. “Vol après vol, nous gagnons des kilos – mis sur orbite”, a déclaré peu après le lancement Jean-Yves Le Gall, le PDG d’Arianespace, à Reuters. “On gagnera peut-être encore quelques centaines de kilos, mais on commence à être bien remplis.” Ce vol 176 d’Ariane représente le neuvième succès d’affilée du modèle ECA d’Ariane 5, le plus puissant de la gamme, qui peut mettre jusqu’à dix tonnes sur orbite de transfert géostationnaire. “Ce soir, la météo était au rendez-vous, et nous aussi”, s’est réjouit Jean-Yves Le Gall. Le lancement avait été reporté de 24 heures jeudi soir en raison de vents violents soufflant en altitude. Construit par l’industriel américain Lockeed Martin Commercial Space Systems en Californie, Astra 1L a une masse au décollage de 4,1 tonnes, selon Arianespace. Il assurera la diffusion de chaînes de télévision à haute définition en Europe, pour le compte de SES Astra, société du groupe Société Européenne des Satellites (SES), basé au Luxembourg.

AUGMENTATION DES CADENCES DE LANCEMENT

Galaxy 17, construit par l’industriel européen Thales Alenia Espace Cannes pour le compte du groupe Intelsat, a une masse au décollage de 4,5 tonnes. Il doit assurer la diffusion de programmes de télévision et des services de téléphonie sur l’Amérique du Nord, pour au moins 15 ans. “Nous avons signé six contrats depuis le début de l’année. Nous travaillons avec nos partenaires industriels pour maintenir et augmenter nos cadences”, a souligné Jean-Yves Le Gall devant la presse, peu après le lancement. “L’objectif est de faire six lancements Ariane 5 en 2007, sept en 2008 et huit en 2009”, a-t-il précisé. Arianespace bénéficie aussi des difficultés rencontrées par certains de ses concurrents, dont la plateforme de lancement Sea Launch exploitée par un consortium dominé par l’industriel américain Boeing, qui a suspendu son activité depuis l`explosion d`une fusée Zénith au décollage. “Nous allons lancer Spaceway 3 en août, qui devait partir sur Sea Launch. Les deux satellites d’Intelsat que nous devons lancer à l’automne devaient partir avec Landlaunch, donc il y a une recomposition du paysage qui se fait en partie à notre profit, car nous avons un produit qui marche bien”, se félicite Jean-Yves Le Gall. Le prochain lancement d’Ariane 5 est prévu le 14 août, avec le satellite américain Spaceway 3 pour le compte de Hugues Network Systems et le satellite japonais B-Sat-3B, pour l’opérateur B-Sat. Le lancement du premier ATV, le véhicule de fret destiné à ravitailler la Station spatiale internationale (ISS), doit avoir lieu “à partir de novembre”, de Kourou, selon Arianespace. Après le vol 176, Arianespace dispose encore de 40 satellites à lancer dans son carnet de commande.

Advertisements
This entry was posted in ariane, Ariane(space). Bookmark the permalink.