Un millavois aux commandes du centre spatial de Kourou

26-04-2007

Il y a quelques semaines, nous recevions dans nos locaux Joël Barre accompagné de Jean-François Malaval, de l’association des Millavois de Paris.

M. Barre venait d’être fait Chevalier de la Légion d’honneur et était alors directeur général, à la Snecma, de la division moteurs-fusées, qui produit en autres les moteurs de la fusée Ariane 5. Nous étions curieux de connaître le parcours de ce Millavois de 52 ans qui occupe des fonctions aussi prestigieuses dans un secteur hautement stratégique. Nous avions été séduit par sa gentillesse, sa simplicité et son attachement à sa région qu’il rejoint tous les mois le temps d’un week-end.

Or, voilà que ces derniers jours ont paru des dépêches faisant état de sa nomination en tant que directeur du centre spatial de Kourou, en Guyane. Un poste prestigieux qui fait honneur à notre ville, car Joël Barre est un Millavois bon teint. Il a suivi toute sa scolarité au lycée de garçons, boulevard de l’Ayrolle, avant de quitter le Sud-Aveyron pour poursuivre ses études. Ingénieur général de l’armement, il est un ancien élève de l’Ecole Polytechnique et de l’Ecole nationale de l’aéronautique et de l’espace.
En 1979, il commence sa carrière à la Délégation Générale de l’Armement (DGA) au sein de laquelle il devient, en 1987, directeur du programme du missile ASMP, puis, en 1991, directeur du programme du satellite Hélios, le système d’observation spatiale militaire qui permet à la France d’observer en toute indépendance et en tout lieu, sans risquer de violer l’espace aérien des pays observés. Hélios est devenu un élément primordial pour le renseignement et les opérations militaires.
En février 1997, il est architecte du système de commandement, de communication et de renseignement à la Direction des systèmes de forces et de la prospective. En septembre 1997, Joël Barre entre au Cnes comme directeur des programmes.
Puis, en juin 2001, il rejoint la Snecma. Il y arrive à un moment critique. Le passage d’Ariane 4 à Ariane 5, plus gros lanceur, vient de con-naître un coup dur avec l’explosion de la fusée quarante secondes après son lancement. Un échec dû à une erreur informatique. Il faudra des mois et des mois pour tout remettre à plat et le troisième essai sera enfin un succès, le 1er mars 2002, avec la mise en orbite réussie du satellite environnemental de 8,5 tonnes Envisat, à une altitude de 800 kilomètres. A l’issue de son 30e lancement, le 11 mars 2007, Ariane 5 affiche un bilan de 25 vols commerciaux réussis, contre 4 échecs.
Directeur du programme de satelliste Hélios, puis directeur de la division moteurs-fusées de la Snecma.A partir du 1er juillet 2007 Joël Barre va donc diriger ce centre spatial. Il aura à mener à bien une mission particulièrement stratégique. En effet, dans le cadre d’un accord de coopération russo-européen, l’ESA (Agence spatiale européenne) utilisera des lanceurs Soyouz pour ses propres tirs, tant pour des lancements pour son propre compte que pour mettre en orbite des charges payantes, tandis que les Russes auront accès à la base de Kourou pour des lancements à leur compte avec des fusées Soyouz. Ils utiliseront le centre spatial guyanais en alternative à leur propre base de lancement de Baïkonour, dans le Kazakhstan. Cette nouvelle configuration permettra, au niveau commercial, de proposer un éventail de solutions plus large avec des lanceurs différents par leur capacité à porter des charges plus ou moins lourdes.
Le pas de tir Soyouz est actuellement en construction en Guyane. Ces travaux sont co-financés par l’ESA et Arianespace. La maîtrise d’œuvre est confiée au Cnes, assisté par Arianespace. Le premier lancement de Soyouz du centre spatial de Guyane est prévu en novembre 2008. Le temps presse.
S’il est satisfait d’avoir à prolonger sa carrière sur une fonction et un site aussi prestigieux, Joël Barre va devoir espacer ses retours au «pays» pour quelque temps. Mais les Millavois ressentiront une petite poin-te de fierté chaque fois que la télévision montrera des images d’un lancement de la fusée Ariane…

This entry was posted in ariane, guyane, launchers. Bookmark the permalink.