La 1re femme touriste de l’espace et ses coéquipiers à bord de Soyouz

AFP 18.09.06 | 05h34

La première femme touriste de l’espace, Anousheh Ansari, et les spationautes russe et américain Mikhaïl Tiourine et Michael Lopez-Alegria sont montés lundi à bord de la fusée Soyouz plus de deux heures avant le départ sur le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan.

“Je suis simplement heureuse d’être ici”, a lancé très détendue et souriante Mme Ansari (40 ans) depuis l’escalier d’accès à la fusée en réponse aux journalistes qui lui demandaient un dernier mot avant le départ. Le décollage est prévu à 10h08 locales (04h08 GMT).

Le soleil se levait sur la steppe kazakhe alors que les trois passagers du vaisseau Soyouz TMA-9 faisaient comme le veut la tradition un dernier signe de main devant la fusée blanchie d’une épaisse couche de givre. Elle venait d’être alimentée d’un mélange d’environ 270 tonnes composé essentiellement d’oxygène à très basse température et de kérosène.

Deux heures plus tôt les cosmonautes ont vérifié l’étanchéité de leurs scaphandre devant la presse et des parents et officiels placés derrière une vitre afin d’éviter les infections. La mère de Mme Ansari, Fakhri Shahidi, son époux, Hamid Ansari, sa tante et sa soeur étaient dans la salle.

La femme d’affaires et ingénieur américaine qui a construit sa fortune dans le secteur américain des télécommunications, souriait, riait, envoyait de petits baisers à travers la vitre, plaisantait avec Mikhaïl Tiourine, assis à côté d’elle. “Je suis très heureux et enthousiasmé pour elle”, a dit son mari à l’AFP. “Je suis heureux qu’elle ait pu enfin faire ce qu’elle voulait”. “Le Soyouz a fait ses preuves et je n’ai aucune inquiétude”. “Je suis partagée entre différents sentiments, je suis très heureuse et en tant que mère, un peu inquiète”, a dit pour sa part Mme Shahidi. Puis, passant à la boutade M. Ansari a raconté qu’il avait dit à sa femme la veille qu’il venait de se rendre compte qu’elle n’avait qu’un billet aller et non retour. “Ca lui a plu, elle a dit que ce n’était pas un problème”.

Interrogé sur le moment où Anousheh Ansari avait décidé de partir dans l’espace, il s’est écrié: “Quand ? Mais depuis qu’elle est née ! Je me demande des fois si elle ne part pas là bas pour voir des amis ou des parents”. Mais le lieu qu’elle préfère “sur Terre” est Paris, a dit M. Ansari en précisant qu’elle parlait “très bien” français. Mme Ansari, qui a vécu en Iran jusqu’à l’âge de 16 ans, a effectué sa scolarité au lycée français de Téhéran, a expliqué sa mère. uh/mt eaf.

Advertisements
This entry was posted in space. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s