Airbus présente la nouvelle version de son A350

LEMONDE.FR | 17.07.06 | 17h29 • Mis à jour le 17.07.06 | 17h29

La mouture originale du gros porteur A350 avait essuyé de sévères critiques. Airbus a dû revoir sa copie. Dévoilé lundi 17 juillet par Christian Streiff, nouveau président de l’avionneur, à l’occasion du Salon aéronautique de Farnborough, en Angleterre, le nouvel A350, baptisé “XWB”, acronyme pour “extra wide body”, aura un fuselage complètement nouveau et sera décliné en trois variantes contre deux prévues initialement.

Les coûts de développement de l’avion, qui devrait entrer en service en 2012, devraient avoisiner les 10 milliards d’euros, soit environ le double de ce qui était programmé au départ. La version originale de l’A350, qui était à l’origine un dérivé de l’A330, n’a jamais réussi à rattraper son retard commercial sur son concurrent direct, le Boeing 787, qui a déjà engrangé quelque 360 commandes fermes, contre une centaine pour l’avion européen. “Boeing avait une avance, nous la rattrapons aujourd’hui, je crois”, a déclaré Christian Streiff, sans toutefois se risquer à fixer des objectifs en termes de parts de marché.

John Leahy, directeur commercial d’Airbus, s’est montré plus optimiste, en soulignant que le marché total pour ce type d’avion était de 6 000 exemplaires entre 2010 et 2030 et que l’avionneur européen prendrait la moitié de ce marché, voire “peut-être un peu plus”.

PREMIER VOL PRÉVU EN 2011

Le premier vol de l’A350, qui, d’après John Leahy, offre des coûts d’exploitation moins importants que ceux du 787 ou du 777, interviendra en 2011. La version intermédiaire, en termes de capacité d’accueil de passagers et de rayon d’action, l’A350-900, devrait entrer en service la première, en 2012, suivie, la même année, de celles de l’A350-800 et, deux ans plus tard, de l’A350-1000.

Christian Streiff s’est fixé un délai de trois mois pour procéder au lancement industriel de l’A350 version 2006, programme pour lequel Airbus demandera, au risque de raviver les tensions avec les Américains, des avances remboursables, pouvant représenter jusqu’à un tiers du coût total, aux gouvernements concernés.

Avec Reuters

This entry was posted in aviation. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s