“Regrets” de de Villepin

LEMONDE.FR | 21.06.06 | 12h50 • Mis à jour le 21.06.06 | 17h48

Dominique de Villepin a présenté mercredi 21 juin ses “regrets” à François Hollande au lendemain de l’incident qui les a opposés à l’Assemblée. “Permettez-moi au début de cette séance de me tourner vers vous monsieur Hollande. J’ai dénoncé hier une attitude, en aucun cas je n’ai voulu me livrer à des attaques personnelles que je condamne”, a déclaré le premier ministre en préambule de la séance des questions d’actualité à l’Assemblée.

Dominique de Villepin avait accusé mardi le premier secrétaire du Parti socialiste de “lâcheté”, provoquant un vif incident à l’Assemblée nationale.

“Si certains mots vous ont personnellement blessé, je le regrette et je les retire”, a-t-il poursuivi, évitant néanmoins de prononcer le mot “excuses”, que réclamaient les socialistes. “Dans une démocratie, chacun, majorité et opposition, a bien sûr sa place et son rôle à jouer, dans l’écoute mutuelle, dans le dialogue et dans le respect”, a-t-il ajouté, alors que des cris tels que “adieu”, “partez !” et “démissionnez !” fusaient des bancs de l’opposition.

“NOUS PRENONS ACTE”

Dans cette ambiance électrique, le président du groupe socialiste, Jean-Marc Ayrault, a néanmoins “pris acte” de ce qu’il a qualifié”d’excuses”, égratignant au passage le premier ministre en rappelant qu’il n’avait jamais connu le suffrage.

“Nous prenons acte de votre déclaration et de vos excuses. C’était une obligation car accuser François Hollande, le chef de l’opposition, de lâcheté, c’était commettre la plus grave injure contre un homme public. C’était insulter tous les députés socialistes, toute l’opposition et c’était aussi, d’une certaine façon, outrager le Parlement tout entier”, a déclaré M. Ayrault.

“Il n’y a pas dans cet hémicycle des courageux et des lâches. Il n’y a que des élus qui ont eu le courage d’affronter le suffrage universel. N’oublions jamais que nous sommes ici par la volonté du peuple. Bien au-delà de nous, c’est le peuple de France que nous devons respecter”, a conclu M. Ayrault.

La séance s’est ensuite poursuivie avec des questions sur la crise que traverse EADS.

Le Monde.fr avec AFP et Reuters

This entry was posted in society. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s