L’intransigeance de Patrick de Carolis pousse Thierry Ardisson à quitter France 2

LE MONDE | 29.05.06 | 13h44 • Mis à jour le 29.05.06 | 13h44

Thierry Ardisson, l’animateur de “Tout le monde en parle”, le samedi soir sur France 2, ne sera plus sur la chaîne publique à la rentrée de septembre. Dans une lettre envoyée, dimanche 28 mai, à Patrick de Carolis, PDG de France Télévisions, M. Ardisson indique qu’il a décidé de rester à la rentrée sur Paris Première (filiale de M6) avec qui il a resigné son contrat en avril.

En conséquence, il ne pourra pas, comme il le souhaitait, renouveler son contrat avec France 2 en raison de la “clause d’exclusivité” imposée désormais à tous les animateurs qui travaillent sur le service public. “J’ai bien reçu vendredi dernier la lettre recommandée de France 2 dans laquelle le directeur général, Philippe Baudillon, m’annonce officiellement que tu considères désormais Paris Première comme une chaîne “généraliste hertzienne” au même titre que TF1, M6 ou Canal+, écrit M. Ardisson à M. de Carolis. Mon contrat avec France 2 m’interdisant de travailler sur d’autres chaînes “généralistes hertziennes”, ton appréciation te conduira donc dans les jours qui viennent à ne pas le renouveler, bref, à supprimer “Tout le monde en parle”.”

Dans sa lettre, M. Ardisson regrette que France Télévisions “change la règle au milieu du match”. Il rappelle qu’il y a huit ans, c’est France 2 qui est venu le chercher sur Paris Première et que son contrat avec la chaîne publique, renouvelé à l’identique chaque année, l’autorisait “à travailler avec des chaînes thématiques du câble et du satellite”. Mais Paris Première étant désormais diffusée sur la TNT payante, la direction de France Télévisions la considère comme une chaîne généraliste hertzienne. “Cela en fait-il pour autant une chaîne concurrente de France 2 pour la saison prochaine ? Je ne le crois pas”, estime M. Ardisson.

Celui-ci affirme avoir proposé au PDG de France Télévisions “une paix des braves”, en prolongeant d’une saison cette “double appartenance”. Une solution refusée par le patron du groupe public. Ce qui conduit l’animateur à dénoncer son “incroyable rigidité”.

Dimanche, la direction de France Télévisions a simplement “pris acte” de la décision de M. Ardisson. Selon Patrice Duhamel, directeur général de France Télévisions, “les règles du jeu n’ont pas été changées”. “Dès notre arrivée en août 2005, nous avons prévenu tous les animateurs que la clause d’exclusivité serait applicable dès juin 2006. Cela a été fait dans la plus grande transparence. Ce n’est pas un dysfonctionnement ou une rigidité, mais seulement l’affirmation d’un principe qui s’applique pour renforcer le service public”, explique M. Duhamel.

Après le départ de Marc-Olivier Fogiel pour M6, qui n’était pourtant pas concerné par la clause d’exclusivité, celui de M. Ardisson confirme la volonté de changement de ligne éditoriale manifestée par la nouvelle équipe, arrivée en juillet à la tête de France Télévisions. Guillaume Durand (qui collabore à i-télé) et Philippe Labro (qui codirige la chaîne Direct 8 de Vincent Bolloré, sur la TNT), s’ils n’abandonnent pas leurs collaborations extérieures, pourraient à leur tour faire les frais des nouvelles règles imposées par M. de Carolis.

“Ta première grande décision de président du service public aura donc été de supprimer “Tout le monde en parle”. Bravo”, ironise pour sa part M. Ardisson dans sa lettre, en précisant qu’il n’entend pas attaquer son employeur en justice : “le seul procès dans cette affaire sera celui que te feront les téléspectateurs”.

De fait, ces décisions, spectaculaires, renforcent un certain nombre d’interrogations, en interne comme à l’extérieur, sur le “virage éditorial et stratégique” promis par M. de Carolis lors de son élection en juillet 2005. Le président du groupe public devait justement présenter, lundi 29 mai, les programmes des chaînes publiques pour l’été. Selon son entourage, ces grilles estivales, les premières élaborées par les nouvelles équipes de France Télévisions, seront composées de “programmes inédits”, d’une large “offre culturelle” et de nombreuses séries et magazines dont “C dans l’air” et “Le journal de la santé”, sur France 5, qui ne seront pas interrompus pendant l’été.

Daniel Psenny
Article paru dans l’édition du 30.05.06

Pour le PDG de France Télévisions, Ardisson “a décidé de ne pas rester”
AFP 29.05.06 | 20h58

e PDG du groupe public France Télévisions Patrick de Carolis a estimé lundi que ce n’était pas lui qui faisait partir l’animateur Thierry Ardisson, mais que c’était Thierry Ardisson qui avait décidé de ne pas rester.
“Ce n’est pas nous qui faisons partir Thierry Ardisson, c’est lui qui a décidé de ne pas rester”, a déclaré Patrick de Carolis, à l’occasion d’une conférence de presse destinée à présenter les programmes d’été.

Animateur-vedette de “Tout le monde en parle” sur France 2, Thierry Ardisson, invité à choisir entre France 2 et Paris Première pour respecter une clause d’exclusivité, a annoncé publiquement qu’il restait sur Paris Première.

“Je m’attendais de sa part à plus de fidélité”, a souligné Patrick de Carolis. “C’est son choix et je le regrette”, a encore déclaré le PDG de France Télévisions.

Soulignant qu’il y avait 14 animateurs-producteurs travaillant pour son groupe, M. de Carolis a assuré que la clause d’exclusivité s’appliquait à tous. Dénonçant des “pratiques inadmissibles”, il a indiqué que certains comprenaient cette nécessité, quand d’autres campent “sur des positions d’un autre temps”.

Interrogé par ailleurs sur l’arrivée du journaliste Laurent Delahousse comme remplaçant de David Pujadas pour la présentation du journal de 20H00 de France 2, un décision qui suscite des remous au sein de la rédaction de la chaîne, il a souligné que M. Delahousse ne toucherait pas un “pont d’or”, mais la rémunération normale prévue pour cette fonction.

Selon M. de Carolis, le service public, qui est “attractif”, doit pouvoir s’ouvrir à de nouveaux talents.

Enfin, le PDG a assuré que le départ de Thierry Ardisson, qui s’ajoute à celui de Marc-Olivier Fogiel, n’obligeait pas les chaînes du groupe à renoncer à l’impertinence politique. “Nous aurons à la rentrée d’autres émissions dans ce style”, a dit M. de Carolis, assurant que la programmation ne sera pas aussi “lisse” qu’on l’annonce.

Advertisements
This entry was posted in media-com. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s