LEAD 1 Espace – La mission Stardust s’achève avec succès

Reuters 15.01.06 | 14h10

ne capsule spatiale contenant des poussières de comète s’est posée sans encombres, dimanche, dans le désert de l’Utah, au terme d’un périple de sept ans et de 4,5 milliards de kilomètres. L’analyse de sa précieuse moisson permettra peut-être aux scientifiques de la Nasa de percer le secret de la formation du système solaire. L’engin de 45 kg a atteri en douceur à 10h10 GMT, soit deux minutes plus tôt que prévu, sur une base d’essais de l’US Air Force. “Nous avons atterri!”, s’est exclamé Tom Duxbury, chef de la mission Stardust, sous les acclamations de ses collègues rassemblés dans la salle de contrôle du Jet Propulsion Laboratory de Pasadena. Des cris de joie avait déjà retenti quelques minutes plus tôt, lorsque les parachutes de la capsule s’étaient ouverts comme prévu. En 2004, la sonde spatiale Genesis, qui rapportait des ions solaires, s’était écrasée à son retour sur terre parce que son parachute ne s’était pas ouvert. Après la perte de Genesis et la catastrophe de la navette Columbia en 2003, les responsables de la mission ont passé six mois à tester et vérifier la conception du vaisseau pour s’assurer qu’il n’y avait pas d’erreurs. “MENTION TRES BIEN” “On se sent un peu comme des parents dont un enfant a obtenu un diplôme avec mention très bien”, a résumé Ken Atkins, ancien chef de la mission Stardust, aujourd’hui à la retraite. La capsule, entrée dans l’atmosphère terrestre à la vitesse record de 46.440 km/h, était visible depuis le Nevada, selon la Nasa. Moins d’une heure après son atterrissage, trois hélicoptères sont partis à sa recherche. Une fois sa récolte recueillie, les particules de comète seront acheminées dans le courant de la semaine prochaine au centre spatial Johnson, à Houston. La mission Stardust, qui a débuté en 1999, a fait faire à la sonde trois fois le tour du soleil et l’a menée à mi-chemin entre la Terre et Jupiter, où elle a pu prélever des particules de la comète Wild 2 voici deux ans. C’est la première fois depuis 1972 (avec, alors, le retour de pierres de lune) que des matériaux “extraterrestres” sont prélevés et rapportés sur terre. La plupart de ces poussières ne devraient pas dépasser en épaisseur un dixième de cheveu humain. On s’accorde à penser que les comètes sont des résidus du processus de formation des planètes. Les scientifiques estiment que les particules recueillies par Stardust leur donneront une occasion sans précédent d’étudier l’état primitif de la matière du système solaire. Ils espèrent que la poussière de comète pourra leur donner des indices pour mieux comprendre les origines du système solaire, qui remontent à 4,5 milliards d’années. “Prélever des particules de comète filante, c’est une manière d’explorer le temps”, a déclaré Chris Jones.

Advertisements
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s