Abbé Pierre avoue

LE MONDE | 28.10.05 | 14h07 • Mis à jour le 28.10.05 | 14h07

Accomplirait-il une centaine de miracles, que l’abbé Pierre ne sera jamais canonisé. Comme il a commis le péché de chair, cette rupture du voeu de chasteté entraînerait ipso facto le blocage de sa cause à Rome. Mais, saint sur la terre depuis si longtemps, l’abbé Pierre n’aurait que faire, après sa mort, de l’honneur des autels.

La confession de son “péché”, il vient de la faire à un journaliste qui est son confident depuis longtemps, Frédéric Lenoir, directeur du Monde des religions , dans un petit livre qui est un bijou de sagesse et d’humanité. “Il m’est arrivé de céder à la force du désir de manière passagère”, écrit-il. “Mais je n’ai jamais eu de liaison régulière, car je n’ai pas laissé le désir sexuel prendre racine . Cela m’aurait conduit à vivre une relation durable avec une femme (…). J’ai donc connu l’expérience du désir sexuel et de sa très rare satisfaction.”

Si une stricte exégèse ne permet pas de le conclure, l’abbé Pierre a connu bibliquement une femme. A93 ans, il est une icône intouchable, doublée d’un homme libre dans une Eglise qu’il a choisie et servie avec fidélité. L’âge et la proximité de la mort le laissent serein et apaisé.

UN TÉMOIGNAGE DE BON SENS

Ce livre est à prendre pour ce qu’il est : le témoignage de bon sens d’un personnage public qui dit tout haut ce que tant d’hommes d’Eglise vivent tout bas.

Le reste ne concerne que sa conscience et la relation qu’il a avec son Dieu. Le positionner dans un rôle de trublion est une insulte réductrice.

L’abbé Pierre n’a aucune prétention à rouvrir la polémique sur la chasteté des prêtres et la discipline du célibat. Encore moins à vouloir faire bouger la position de sa hiérarchie. Celle-ci n’a pas attendu son opuscule pour faire ses choix.

Les éléments pour ou contre sont rabâchés depuis des siècles. Aussi incompréhensible fût-elle dans un contexte de pénurie tragique du clergé, la position du Vatican sur le célibat vient d’être confirmée par le dernier synode mondial d’évêques à Rome.

Une méditation personnelle donc, et rien de plus. Et certainement pas un “testament spirituel” , comme l’écrit la publicité racoleuse de son éditeur.

L’abbé Pierre n’est pas un petit saint, ni un Père de l’Eglise. Le souhait qu’il exprime de l’ordination sacerdotale d’hommes mariés ou de femmes aurait mérité d’être théologiquement plus argumenté.

Mais le préféré des Français dans les sondages caresse ses compatriotes dans le sens du poil. Les médias ne raffolent rien tant que des rapports entre le sexe et le sacré. Testament spirituel ? On doute qu’un homme qui a tant bourlingué, aimé, réfléchi, agi n’ait pas plus à dire au soir de sa vie.

Henri Tincq
Article paru dans l’édition du 29.10.05

Advertisements
This entry was posted in perso. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s