Mars si près (AFP)

Regardez vers l’est, Mars ne s’approchera plus aussi près avant 2018
AFP 24.10.05 | 07h46

Le soir du dimanche 30 octobre, regardez vers l’est: visible à l’oeil nu, en cas de conditions météorologiques favorables, dégagée du brouillage de l’atmosphère terrestre, la planète Mars passera tout près de la Terre, à une distance que l’on ne devrait pas retrouver avant 2018. La “planète rouge” fait son apparition tous les deux ans dans le ciel terrestre, lorsque son orbite l’amène dans un alignement parfait avec la Terre et le Soleil. A 69,4 millions de kilomètres, elle est rarement aussi proche. Une “opposition favorable”, autrement dit une opposition avec le Soleil dans notre ciel qui place Mars à une distance minimale de la Terre, ne revient que tous les quinze ans environ, selon l’Institut de Mécanique Céleste et de Calcul des Ephémérides (IMCCE), à l’Observatoire de Paris. Le dernier minimum a été atteint il y a un peu plus de deux ans, le 27 août 2003. La quatrième planète du système solaire s’était alors approchée à 55,8 millions de kilomètres de notre Terre. Les amoureux de Mars s’étaient rassemblés dans les observatoires, les clubs d’astronomie et chez les particuliers équipés de lunettes ou de télescopes. Mais les conditions d’observation étaient moins favorables qu’aujourd’hui dans l’hémisphère nord, soulignent les astronomes: croisant plus au sud, Mars ne s’était jamais beaucoup élevée au-dessus de l’horizon septentrional, ce qui signifie qu’elle ne s’était jamais dégagée vraiment de l’atmosphère terrestre, qui brouille l’image. Après l’opposition du 30 octobre, Mars s’éloignera de nouveau. Son disque orangé restera large et bien éclairé pendant tout le mois de novembre. De quoi partir à la découverte de Syrtis Major, zone de hauts plateaux balayée par les vents qui apparaît comme une tache foncée, verte sous les nuages, pointant vers le nord; ou de la calotte polaire Sud, composée de glace carbonique largement fondue en cet été austral, mais dont devrait demeurer un gros point blanc très brillant; ou encore, si l’on a la chance de disposer d’un télescope puissant, d’Olympus Mons, le plus grand volcan du système solaire avec ses 27 km de hauteur et ses 600 km de diamètre à la base… Des bourrasques de sable peuvent toujours surgir, que l’on peut suivre même avec de petits télescopes. Bien que ce ne soit pas la saison, on ne peut exclure le spectacle d’une tempête qui s’étende à toute la planète. Au fil des millénaires, la Terre et Mars se rapprocheront davantage encore. En raison des perturbations créées par les autres planètes, les orbites des deux objets célestes se déforment lentement dans le temps et la distance minimale entre les deux décroît, souligne l’IMCCE. Les calculs de l’Institut prédisent nombre d’oppositions avec une distance Terre-Mars plus courte que celle du 27 août 2003. Mais il faudra de la patience: la première est prévue dans 282 ans.

This entry was posted in space science. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s